Les Lycoses de Champagne au Mont d'Or

Site officiel du club d'escalade des Lycoses de Champagne au Mont d'Or

Info horaires du jeudi

Le créneau escalade adultes du jeudi soir est dorénavant de : 19h à 22h car le cours enfants se terminera à 19h au lieu de 18h45 initialement prévu et indiqué sur la fiche club.

Merci de votre compréhension

Le bureau

Infos supplémentaires de notre cher secrétaire DD

André notre secrétaire, m’a demandé de publier ces quatre documents en ligne afin que vous puissiez, si cela vous semble nécessaire, les imprimer pour votre super dossier Lycôses. 

Bonne rentrée escalade à toutes et tous

Rappel des infos spéciales rentrée. 4 septembre 2018

– Reprise adultes : 20 aout 2018

– Forum des Associations : 08 Septembre à l’Espace Mont d’OR à Champagne (N’hésitez pas à venir à notre stand pour aider)

– Fête des sports 08 Septembre porte ouverte au gymnase Bonora à partir de 14h30 (Même jour que le forum. Un coup de main est le bienvenu)

– Inscriptions des Anciens : 10 Septembre 18h30

– Cotisation 2018/2019 enfant 125 € / adulte 110 €

Rappel certificat médical

Lors d’une première inscription au club un nouveau certificat médical est exigé

Pour un(e) ancien(ne) affilié(e) dont le certificat médical a plus de 3 ans, ou qui pratique des sports de montagne tel l’alpinisme,ski de randonnée, un Nouveau Certificat Médical est exigé

Pour un(e) ancien(ne) affilié(e) dont le certificat médical a moins de 3 ans, il(elle) doit renseigner un questionnaire de santé et attester que chacune des rubriques du questionnaire donne lieu à une réponse négative. A défaut, il ou elle est tenu(e) de produire un nouveau certificat médical.

Des passeports pour tout le monde à accrocher au baudrier.

– Inscriptions des nouveaux adhérents : 17 Septembre 18h30 au gymnase Bonora à Champagne

– Reprise des cours Ecole : 24 Septembre

Cotisation 2018/2019 enfant 125 € / adulte 110 €

– Champenoise running  le 23 septembre inscription sur le site de la course

Christian, La Barre et le Dôme des Écrins. Son récit du voyage vertical.

Barre des Écrins…

Par 2 fois déjà la Barre m’a résisté. Je n’avais pas réussi à la plier. C’est la montagne dit-on, il faut savoir renoncer quand tous les éléments ne sont pas réunis.

La première fois c’était il y a 10 ans déjà… et c’était ma première tentative de 4 000. Nous étions 3 grimpeurs un peu novices et pas très aguerris nous avions fait demi-tour alors que la Barre était toute enneigée, le cramponnage sur les rochers nous avait refroidi.

La seconde fois, partis à 2, nous avions avancé jusqu’à ce que la neige et le vent terminent de nous faire rebrousser chemin, là encore.

Je m’étais promis d’y retourner, mais cette fois en m’assurant que toutes les conditions soient bien réunies : un compagnon de cordée confirmé et un temps idéal.

Ce mois d’août, tout était planifié, 2 amis m’attendaient déjà au refuge des Écrins et Pascal devait me rejoindre depuis Lyon à Ailefroide. La veille Pascal m’envoie l’info : un énorme sérac s’est écroulé barrant la trace de montée, nous faisant renoncer à l’ascension.

C’est un peu dépité que je me résous à rejoindre seul, mes amis venus de Toulouse et qui m’attendent au refuge des Écrins pour une autre course désormais. C’est à la montée, en échangeant avec d’autres cordées puis avec les gardiens de refuge, qu’une solution a été trouvé : Une nouvelle trace évitant les séracs a été réalisée tandis que je montais. Chouette !!

Bingo, le lendemain réveil à 3h45 et c’est parti pour une longue marche d’approche sur le glacier. Nous avons abordé l’ascension de la partie rocheuse en mixte à hauteur de la brèche Lory.

Après avoir atteint le pic Lory, antécime de la Barre des Écrins, nous avons atteint notre but. La troisième fois fut donc la bonne !!

Il ne restait plus qu’à revenir sur nos pas pour aller cocher également le Dôme des Écrins, autre sommet de plus de 4 000, la cerise sur le gâteau, avant de redescendre dans la vallée.

Comme dit le proverbe Alpin,,, « Qui écoute trop les séracs tomber, reste au bistrot »

 

En attendant la réouverture du gymnase.

Réouverture du gymnase lundi 20 août pour ceux qui ne sont pas encore partis en vacances… ou pas encore rentrés.

Sinon jetez un œil attentif à ce petit film tourné avec un téléphone portable durant l’ascension de la Dent du Géant par Christian, Pascal et Gérald, les 2 et 3 août 2018.

Trois histoires de montagnes. Textes et photos de Manu (Printemps/été 2018)

Invitation à un petit voyage au pays de la Meije. Reine Meije au cœur du massif de l’Oisans.
Tour de la Meije à ski – Face nord des arêtes et Face sud directe, voilà le programme de ce début d’année 2018.

Carte IGN et Face sud de la Meije (Photo d’époque)

19 avril 2018. Accompagné par Philippe et François-Xavier (FX) nous quittons Villard d’Arêne pour 2 jours de ski inoubliable autour de la Meije. 4h du matin, nous remontons le vallon de Valfourche dans un calme absolu. Peu à peu, nous nous imprégnions des lieux et oublions nous préoccupations quotidiennes. Nous laissons les sources de la Romanche sur notre gauche pour prendre la direction du col du Pavé. Au col, nous basculons sur le vallon des Etançons pour une belle glissade jusqu’au refuge du Châtelleret.

Seul au monde et Face sud de la Meije depuis le col du Pavé

Face sud de la Meije depuis le refuge du Châtelleret

20 avril 2018. Nous sommes les premiers à quitter le refuge, nous espérons atteindre la brèche de la Meije au lever du jour pour basculer au pied de la face nord de la Reine Meije. Le lieu est d’un calme absolu, c’est magique. Après un cheminement au pied de cette immense face, nous remontons le passage du Serret du Savon pour prendre pied sur le glacier du Tabuchet. Afin de rejoindre
le refuge de l’Aigle. Puis se sera une belle descente au milieu des séracs du glacier de l’Homme.

Le pic du Goléon et le Mont Blanc

Face nord avec incliné vers la droite, le couloir Gravelotte. Et le passage du Serret du Savon.


Perché sur son promontoire, le refuge de l’aigle et slalom entre les séracs sur le glacier de l’Homme.

 

15 juin 2018. Montée au refuge de l’aigle avec pour objectif le couloir Gravelotte. Je suis accompagné pour cette ascension par Julien mon compagnon de cordée d’alpinisme. L’accueil au refuge de l’Aigle est comme d’habitude un réel plaisir et par chance nous ne sommes pas nombreux.

16 juin 2018. Après un délicieux petit-déjeuner préparé par Louis, c’est le départ pour retrouver le pied de la face nord de la Meije. Cette fois, il nous faut descendre de passage du Serret du Savon. Il est 3 heures de matin quand nous commençons à chercher par une belle nuit noire le départ du couloir et le bon passage pour franchir la rimaye. L’escalade peut commencer, mais après 2 longueurs, nous nous apercevons que nous ne sommes pas dans la bonne ligne. Pas question de redescendre, nous continuons notre ascension qui sera un mixte entre la face nord directe et le couloir des Corridors. Nous sommes absolument seul dans la face, c’est magnifique. L’engagement est total, la Meije nous ouvre les portes de son sommet. Sortie de la face entre la première et la deuxième dent, il nous faut maintenant traversée les arêtes pour rejoindre le doigt de Dieu.

Moment magique

 

Les conditions sont parfaites

Dans les nuages, tout en bas, le village de La Grave.

La barre des Écrins depuis le doigt de Dieu. Et Entre ciel et terre.

 


L’enfilade des arêtes depuis le doigt de Dieu et la Meije orientale, le doigt de Dieu, les arêtes et le grand pic

13 juillet 2018. Et c’est reparti pour grimper au sommet de la Meije (3983m), cette fois par la face sud directe (voie Allain-Leininger). Toujours accompagné par Julien, nous quittons la Grave pour traverser jusqu’au refuge du Promontoire par la Brèche de la Meije. Bel itinéraire glaciaire et d’escalade facile. Après le repas nous faisons un point météo (arrivée du mauvais en fin de journée) avec Fredi le gardien. Nous prenons également le temps d’affiner notre connaissance du topo afin d’éviter les plantages d’itinéraires. Nous serons seul demain dans cette immense face (1000m de haut).

La Meije. Et sur le glacier de la Meije

 

Traversée de la brèche pour rejoindre le Promontoire et le vallon des Étançons.

Le grand pic (3983m). Et la voie : tout droit sous le grand pic (au centre)

 

14 juillet 2018. 5h, nous sommes au pied de la face après une approche d’une bonne heure depuis le refuge. C’est parti pour 8 heures d’escalade, les chaussons sont dans le sac et y resteront jusqu’au sommet, nous ferons toute l’ascension avec les grosses, à l’ancienne. Nous ne commettons pas d’erreur de navigation et l’escalade se déroule bien. Quels pitons de temps en temps, auxquels il faut faire attention car ils ne se trouvent pas forcement sur le bon itinéraire. Les 3 dernières longueurs se feront dans le brouillard et sous la neige. La traversée des arêtes s’annonce délicate. Après une erreur d’itinéraire, un rappel coincé, un bon coup de tonnerre et une bonne dose de fatigue nous arrivons au refuge de l’Aigle à 21h30. Super accueil. Un petit coup de fil pour rassurer tout le monde dans la vallée. Nous savourons l’instant devant un bon repas avant une bonne nuit de repos. La descente dans la vallée se sera pour demain.

Un peu de vie dans cette immense face

12h, le mauvais arrive plus tôt que prévu

Le pic du glacier carré et au deuxième plan le Râteau

13h, s ommet du Grand Pic, pas terrible la vue

C’est par où ? Puis la sortie des câbles de la dent Zsigmondy.

 


Vue depuis la terrasse du refuge de l’Aigle.


Un dernier souvenir avant de redescendre et juste avant le retour du mauvais temps.

 

Encore un autre…

« C’est sans doute la plus belle course de l’Oisans et cela est vrai non seulement pour celui qui y va pour la première fois et la découvre, mais aussi pour celui qui la fait pour la cinquième ou la dixième fois… Arriver au Grand Pic est toujours une joie, un « moment », et de là, voir les arêtes est toujours un émerveillement. »

Gaston Rébuffat

Un grand merci à Emmanuel (Manu) pour ce super retour.
emmanuel.jondeau@ec-lyon.fr

Boulot, déco, attéro !! Une soirée avec Pierre L

Pierre nous fait partager autre chose que de l’escalade. Voler n’est pas l’apanage du grimpeur qui tombe. Pas seulement !! Notre club est riche d’un tas de touche à tout et le parapente est une discipline que bon nombre d’alpinistes utilise pour redescendre, une fois le sommet atteint. C’est donc avec plaisir que je publie ce petit moment de vol avec vous. Merci à Pierre L pour ce retour.

Pierre : Hier 11 juillet, je suis sorti du boulot, aux alentours de  17h afin de récupérer mon fils Alex, à la maison. Nous sommes arrivé à 18h sur un petit site proche de St Forgeux, juste à côté de Pontcharra sur Turdine. Le décollage est à 750 m d’altitude et nous avon atteint l’altitude de 1650m, soit un gain de 900m. A cette hauteur, la température descend vite malgré que nous soyons au mois de juillet. Nous profitons du moment pour aller faire un tour entre Tarare et L’arbresle. C’est super mais on se caille car bien évidemment, on est pas assez habillés.

Vos récits ici : geraldduperray@hotmail.fr

Passeports en couleur pour tout le monde !! Saison 2018/2019

Dès le début de la saison 2018/2019 vous sera remis la carte passeport du niveau validé durant la saison passée. Ce passeport (amovible) sera accroché à votre baudrier (à l’aide d’un élastique) durant toute la saison. Ce système permettra aux responsables de séance (initiateurs, membres du bureau…) de visualiser instantanément vos compétences validées mais aussi les manips à revoir le cas échéant. Comme vous le savez, la fédé recommande la plus grande vigilance en matière de sécurité et ces cartes ne sont pas une trousse à pharmacie mais avant tout un visuel attestant la capacité de chaque grimpeur à une escalade sécurisée. Notre sport est un sport collectif à deux, où la moindre erreur peut coûter très cher, dans tous les sens du terme.  

Rando Trail en Chartreuse (C’est pas de la grimpe mais du vertige !!)

Comme je l’avais indiqué sur la page Facebook, on est sorti en Chartreuse pour une très longue rando /vertige par les sangles, arêtes, cols et sommets du massif, avec comme objectif, les arches miracles, le chaos de Bellefont et le sommet de la dent de Crolles en boucle, en passant par tous les balcons et les recoins cachés. Grande journée en altitude. Pour ceux que cela intéresserait, n’hésitez pas à demander l’itinéraire en détail. 

La première partie du « voyage »

Arrivée au col de Bellefont

Sentier altitude 1800m

Bientôt la Dent de Crolles

Le sentier aérien du retour.

Pour cette sortie, contact Gérald. Partageons nos expériences, elles sont toutes les bienvenues ici.

geraldduperray@hotmail.fr

Hières sur Amby et Curis (Un partage de Marion) 4 juillet 2018

La sauce commence à prendre. Les premiers retours arrivent. Merci à Marion pour les photos et les textes.

Hières sur Amby 

Fin d’année, quelques motivés pour l’extérieur et la chaleur n’aidant pas d’ailleurs à avoir une envie folle d’aller au gymnase : nous partons à 18h30 de Fontaines sur Saône (heure à laquelle Patrick qui travaille pas loin de la falaise nous attend déjà !), Marie, Thibaud, Raf et Marion.

On est impair mais ce n’est pas si grave, un cafiste là bas complètera l’équipe de temps en temps et motivera Marion à partir dans un dièdre en terrain d’aventure (5a, faut pas exagérer). Quelques belles voies sur pilier ou en dalle, dont une 6a avec une belle fissure, et une 6b (+ ?) qui laissera Raf confit quand Marie la survole (c’est fin). En haut, il y a de quoi voir un beau coucher de soleil …sur la centrale du Bugey ! Et Thibaud joue le rôle d’antimoustique, c’est parfait. Marion finira à la frontale pour en profiter jusqu’au bout !

On est tous motivés pour remettre ça la semaine prochaine !

Curis au Mont D’or

Les orages, ou risques d’orage, ayant eu raison de notre motivation à aller plus loin, c’est à Curis que nous choisissons de grimper ce soir : Pascal, Raf, Jérôme, Thibaud, Marie et Marion : une belle équipe du mardi soir ! (Et certains préfèrent grimper à la salle…). Surtout que nous avons le site pendant une bonne heure pour nous tout seul !

Les gars écument les voies de droite dans la dalle et le dièdre, les filles partent plus à gauche. Nous finirons tous ensemble, l’exercice étant pour Raf et Thibaud de grimper une 5c qui se transforme en 6b+ quand on ne prend ni le dièdre, ni l’arrête (et qu’on grimpe un œil fermé…). Et le fait que le premier point ait disparu ne semble pas les gêner.

Ces sorties du mardi avant l’été sont vraiment de bonnes occasions de, au choix : Terminer l’année dans le plaisir, préparer l’été ou d’économiser des litres d’eau qu’on suerait au gymnase ! Peut-être que ces comptes-rendus vous donneront envie de nous rejoindre à la prochaine.

Page 1 of 5

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén